Gestion des milieux naturels

RÉSERVE NATURELLE DE L'ESTUAIRE DE LA SEINE

 

Les zones exemptes de chasse

Dans l'ensemble de l'estuaire de la Seine, les réserves de chasse et zones de non chasse représentent aujourd’hui plus de 9000 hectares et sont réparties en 8 entités situées pour partie en dehors de la réserve naturelle. La plus étendue comprend principalement la Réserve de Chasse et de Faune Sauvage de la Baie de Seine et représente 6340 ha. A l'échelle de la réserve naturelle, ces zones de tranquillité représentent 75% de sa superficie.

Suite à la création de nouvelles zones de non chasse en 2013, un plan d’action a été élaboré et mis en œuvre dans le cadre du quatrième plan de gestion de la réserve. Plusieurs opérations sont ainsi réalisées.

Entretien par pâturage écologique
Troupeau de chevaux de Cressenval © Philippe Bréard
Troupeau de chevaux de Cressenval © Philippe Bréard

Avant même la création de la réserve naturelle, la première action de gestion écologique menée dans l'estuaire de la Seine fut l'installation par le Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande (à l'époque CEDENA) d'un troupeau "semi-sauvage" de chevaux Camargue sur le "Banc Herbeux" au début des années 90. 

Depuis 2005, d’autres parcs ont été créés, dans le bois de Tancarville, au reposoir sur dune et dans la bande des 500 mètres, au marais de Cressenval et pour finir au Banc Herbeux, qui compte actuellement 5 parcs. 

La Maison de l’Estuaire a repris la gestion de l’éco-pâturage en 2010. Le cheptel se compose aujourd’hui d'une cinquantaine chevaux de Camargue et de quelques vaches de race Highland Cattle.

Ces animaux de race rustique ont pour mission de maintenir des zones de végétation basse en broutant les végétaux, notamment le roseau et d’autres graminées, afin de diversifier les milieux naturels et de créer des zones ouvertes accueillantes pour la faune.

L’action des animaux peut être ponctuellement accompagnée ou renforcée par un broyage mécanique de la végétation à l’aide d’engins adaptés.

Restauration et entretien de plans d’eau
Clôture de mise en défens en rive sud
Clôture de mise en défens en rive sud

Depuis 2008, 25 mares laissées à l’abandon depuis la création des réserves de chasse ont été remises en état et reconnectées au réseau hydraulique.

Elles ont fait l'objet de travaux de restauration plus ou moins lourds. Du curage du fond de la mare à la fauche de la végétation des bordés, en passant par l'installation d'ouvrages hydrauliques ou l'aménagement d'îlots pour les oiseaux, les moyens mis en œuvre sont nombreux. 

Plusieurs îlots de taille et de morphologies différentes ont été aménagés au centre de certaines d’entre elles, afin de remplir divers rôles: 

  • reposoir de pleine mer pour les limicoles,

  • zone de repos pour les canards et les grands échassiers,

  • site de reproduction pour les limicoles et les canards.

Par ailleurs, des clôtures de mise en défens ont été mises en place sur deux mares situées en rive sud, afin de réduire l’impact du pâturage et de favoriser la préservation du cortège floristique et notamment d’une espèce protégée, la Baldellie fausse renoncule.

Gestion hydraulique des secteurs endigués
Nouvelle vanne de la réserve du Hode (sous-secteur réserve ACDPM)

La gestion hydraulique est menée afin d’optimiser l’accueil des oiseaux d’eau en hivernage et en migration. 

De fait, de nouveaux ouvrages sont mis en place selon les besoins. Ils permettent de moduler les niveaux d’eau en fonction de la saison, tout en permettant en tout temps une circulation des flux montants et descendants.

Gestion de la flore et des habitats patrimoniaux

Certains milieux ou espèces végétales présentent un enjeu fort en termes de préservation de la biodiversité et font l'objet d'une gestion spécifique.

Les mégaphorbiaies oligohalines

La mégaphorbiaie subhalophile, formant une bande de quelques dizaines de mètres le long de la route de l'estuaire, constitue un habitat hautement patrimonial, un des plus typiques de l'estuaire de la Seine. Sa conservation fait partie des priorités du gestionnaire. Elle est d'autant plus importante qu'il subit une dynamique naturelle forte d'embroussaillement. Il tend à disparaître au profit de bois et de fourrés denses aux intérêts écologiques plus faibles.
La Maison de l'Estuaire a débuté en 2011 un programme d'arrachage des arbustes installés le long de la route de l'estuaire (soit mécanique ou par traction animale) et de fauche pluriannuelle par broyage.

Le réseau de haies et bois
Entretien de la clairière du bois de Tancarville
Entretien de la clairière du bois de Tancarville

Alors que les bois ne couvrent qu'une part infime du territoire de la réserve, les haies sont un peu mieux représentées, notamment au marais de Cressenval. Bien qu’ils ne soient pas des habitats typiquement estuariens, ils jouent cependant plusieurs rôles, comme celui d’habitat d’espèces patrimoniales (Pipistrelle de Nathusius, Lucane cerf-volant, Cigogne blanche), de refuge pour la faune ou encore de corridor écologique. 

La gestion entreprise a ainsi pour objectif d’assurer leur conservation sans permettre leur extension. 

Au sein des bois, une gestion par coupe ponctuelle et par pâturage permet de créer une mosaïque de faciès fermés et semi-ouverts. 

Le réseau de haies a fait l’objet d’une opération de restauration au niveau de trouées apparues à la suite de chutes d’arbres ou de coupes d’essences exotiques. Plus de 500 plants de Peuplier noir ont ainsi été plantés à divers endroits de la réserve naturelle (marais de Cressenval, pointe de Tancarville et allée des peupliers du Hode). Ils sont issus de souches génétiques prélevées sur des arbres de la vallée de la Seine et ont été élevés en pépinière.

Essence arborescente typique des forêts alluviales pionnières, le peuplier noir sauvage (Populus nigra) fait partie des espèces en voie de disparition suite à la dégradation majeure de son habitat dans les principales vallées fluviales françaises (Rhin, Rhône, Loire, Gironde, Seine). En outre, cette essence, qui peut atteindre 35 m de haut et vivre 400 ans, présente de nombreux atouts écologiques : ses bourgeons attirent par exemple de nombreux insectes, tout comme son épaisse et rugueuse écorce, aux cavités très prisées par les chauves-souris.

Suivi et conservation de la Baldellie fausse renoncule (Baldellia ranunculoides)
Baldellie fausse-renoncule

Cette plante aux jolies fleurs blanches-rosées est protégée au niveau régional du fait de sa rareté. Elle pousse sur les berges de nombreuses mares de chasse aménagées au sein des prairies humides, ainsi que dans des dépressions telles que les baissières (anciennes filandres atterries). 

Plusieurs mesures ont permis de conserver la population de Baldellie fausse renoncule, à commencer par le suivi et l’orientation des travaux d’entretien des mares de chasse, mais aussi une gestion hydraulique appliquée selon les règles établies en 2013, qui lui sont favorables.

Suivi et conservation de la Renoncule à feuille d’ophioglosse (Ranunculus ophioglossifolius)
Renoncule à feuilles d'ophioglosse © Olivier Nawrot

C’est une petite plante aux fleurs jaunes caractéristiques de « bouton d’or » avec des pétales assez petits. Ses feuilles ressemblent à l’ophioglosse commun et sont en forme de cœur. Les fleurs sont portées par des tiges dressées de 10 à 40 centimètres.

Cette fleur protégée au niveau national partage en partie l’espace occupé par la Baldellie fausse renoncule sur les berges des mares ainsi que les niveaux topographiques supérieurs. Elle a été observée pour la première fois en 2007 dans les prairies de la mare plate en dehors du périmètre de la réserve. La première observation dans la réserve date de 2012, dans une baissière des prairies subhalophiles. Depuis, la population s’étend. D’un caractère thermophile et bien présente sur les façades méridionales et ouest-atlantiques, sa présence sous nos latitudes pourrait être indicatrice du changement climatique et notamment de l’élévation des températures.

Gestion des espèces exotiques envahissantes (flore)

En parallèle, le gestionnaire s’attache à surveiller et à lutter si possible contre l’expansion des espèces exotiques envahissantes (18 espèces au total), qui menacent à des degrés variés les écosystèmes de la réserve.

Chantier d'arrachage de la Cotule pied-de-couteau
Chantier d'arrachage de la Cotule pied-de-couteau

Leur caractère envahissant tient de leur capacité à coloniser rapidement les milieux (en détériorant leur fonctionnement) et de s'y maintenir au détriment des espèces locales, parfois patrimoniales, grâce à diverses adaptations et capacités spécifiques (caractère pionnier, production massive de graines, systèmes racinaires puissants, fort potentiel de régénération, grande tolérance au stress). 

Ces diverses stratégies en font des plantes très résistantes et difficiles à juguler. Malgré les actions entreprises, le plus souvent par arrachage manuel avec exportation plusieurs années de suite, la Renouée du Japon n’a par exemple pas pu être totalement éradiquée. Deux espèces de solidage (le Solidage du Canada et le Solidage glabre) sont également très étendues, notamment dans les espaces bordant la route de l’Estuaire et les zones de friche.

Dès lors, les actions se concentrent sur des petites stations d’espèces exotiques apparues. Le gestionnaire est ainsi intervenu en 2020, 2021 et 2022 pour arracher les pieds d’une nouvelle espèce, la Cotule pied-de-couteau (Cotula coronopifolia), de la famille des asters. Installées à proximité de mares de chasse du secteur subhalophile, une fiche d’information a été élaborée à leur attention.

A l’échelle de la Normandie, le CEN Normandie pilote par ailleurs un programme d’action relatif aux espèces exotiques envahissantes et a monté une brigade d’intervention.

Ramassage des déchets

Chantier de ramassage des déchets sur la dune du reposoir
Chantier de ramassage des déchets sur la dune du reposoir

En réduisant les quantités de déchets qui s'accumulent çà et là dans la réserve et notamment sur les berges de la Seine, l'objectif est d'améliorer la qualité du milieu : 

  • en limitant les risques de pollutions de l'eau et des sédiments,

  • en limitant la mortalité pour la faune (oiseaux, amphibiens, micromammifères, insectes .),

  • en améliorant la qualité de la laisse de mer,

  • en ralentissant dans certains secteurs l'exondation des terrains,

  • en améliorant la qualité des paysages et l'image de la réserve vis-à-vis du grand public.

Depuis que la Maison de l'Estuaire assure la gestion de la réserve, elle réalise chaque année une à plusieurs opérations de ramassage manuel des déchets sur des zones relativement inaccessibles où ils s'accumulent (dune, abords de remblais du Pont de Normandie, berges de Seine au niveau de l’ancien bac du Hode ou de la pointe de Tancarville), le long des sentiers de découverte et aussi parfois à des endroits où déchets et gravats sont déposés de manière sauvage. 

Une quarantaine de mètres cubes de déchets sont ainsi collectés chaque année et apportés en centre de tri ou en décharge selon leur nature.

En parallèle de cette action, les chasseurs assurent aussi un nettoyage de leur secteur de chasse au sein de la réserve naturelle. L’ACDPM Baie de Seine Pays de Caux organise par exemple chaque année l’opération Rivages propres, qui mobilise plusieurs centaines de personnes. Ces actions permettent ainsi de ramasser une importante quantité de déchets sur de vastes zones et de couvrir la quasi intégralité de la réserve naturelle.


Événements

 

Consulter les sorties à venir pour découvrir la réserve naturelle

Voir les avis

À propos

La Maison de l'Estuaire est une association créée en 1992, qui allie le rôle de médiateur entre les différents acteurs de l'estuaire de la Seine et celui de gestionnaire de la Réserve Naturelle Nationale de l'Estuaire de la Seine.

Contacts

Standard : 02.35.24.80.00

Animation : 02.35.24.80.01

Copyright 2023 Maison de l'Estuaire - Développé par Siqual SAS - Design Valeur Graphique - Mentions légales